Voyage au fond de ma nuit

   

 

 

 

 

Bonne nuit il est tôt, mais  je suis fatiguée, j'ai froid aussi, vite les couvertures tirées jusqu'à mon cou,

 que déjà mon sommeil c'est emparé de moi et me voilà partie pour une longue nuit.

Un bruit me tire du lit, je lève le store blanc derrière mes rideaux bonnes femme

aux couleurs rayons de soleil et tiens voilà le laitier qui passe déjà, un laitier !

il y a longtemps que je ne  l'avait vu, il me semble bizarre, mais

 il vient porter les deux pintes de lait chaque mardi matin, donc ok nous sommes mardi.

Je prends le lait merci M. Dubé je vais mettre le lait au frigo.

 

 Je reviens à la fenêtre de ma chambre sous le gros soleil des dames en robes fleuries petites manches courtes ,

petit chapeau couvre leurs cheveux ondulés, j'entrouvre la fenêtre pour les saluer bonjour Mme Carrier,

Bonjour Mme Lemelin, allo Pierrot, il fait beau ce matin :) chez le

 voisin d'en face  M. Pouliot qui lave sa belle Impala deux tons de bleus,

dieu que la journée sera belle et comme d'habitude M. Pouliot qui

 écoute sa radio à tue tête mais oui l'éternel chanson l'idole des jeunes qui joue.

 Mme Pouliot qui est à mettre son linge sur la corde toujours

aussi matinale cette dame.

 

L'envie de sortir dehors prendre l'air direction seuil de porte profiter de ces rayons de soleil matinal,

mon chat qui me file entre les jambes en

 profite aussi, mais oups je suis en pyjama de flanelle lilas avec fleurs mauves chaussons roses aux pieds,

 mais que diable ce passe t-il ?

avoir si froid au coucher et là gros soleil, comment ai-je passé de l'hiver au printemps si vite ? 

j'entends toujours la chanson l'idole des

 jeunes elle est jolie cette chanson, je l'entends comme si le temps s'était figé .

Tout à coup un bruit sourd me fait sursauter, j'ouvre les yeux et je reviens dans la réalité 2015 et non 1962,

le bruit c'est mon chat qui a fait tomber ma lampe il est à peine deux heures du matin,

 je reviens de loin avec ce voyage au fond de ma nuit.... je me recouche, vais- je retourner à ce 1962

                                                                                                              

  

 

 

   

retour accueil    menu poème